La formation reviendra notamment sur la loi Lemaire (loi pour une République numérique du 10 octobre 2016) et sur ses implications dans ce domaine.

- Qui peut conclure un contrat d’édition ?

- Quelles sont les conditions de la conclusion du contrat ? Dois-je obtenir l’autorisation de mon laboratoire ? En cas de travail collectif, comment faire ?

- Repères : définitions (visibilité, identité numérique, e-reputation, impact) et enjeux de l'identité numérique pour le chercheur
- Rappels sur les principaux outils : outils de CV, réseaux sociaux, sites personnels, identifiants numériques
- Bonnes pratiques et stratégies possibles
- Echanges entre les participants sur leurs propres pratiques de formation

- Définitions, enjeux et typologies,
- Rôle des réseaux sociaux et des "bots",
- Conséquences dans la société, analyse du problème,
- Réponses sociales, politiques et juridiques,
- Etudes de cas,
- Outils et méthodes de vérification

- Rappel sur les différentes étapes d’une recherche documentaire ;
- Spécificités, méthodologie et typologie des outils de recherche d’informations sur internet ;
- Moteurs de recherche généralistes : Google et les autres (DuckDuckGo, Qwant, Twitter) ;
- Recherches par type de documents : sites web, images, actualités ;
- Moteurs de recherche scientifique : Google Scholar et Isidore ;
- Open access et archives ouvertes ;
- Thèses ;
- Evaluation de l’information ;
- Notions de veille.

MATIN : DECOUVRIR LA PLATEFORME ISTEX ET SERVICES INTEGRES

Atelier : Construire et valoriser un corpus spécialisé à partir du réservoir ISTEX [Sabine Barreaux et  Claude Niedelender, INIST]
30 min de présentation sur ISTEX et 2h30 de travaux pratiques

Les participants pourront découvrir  les outils et services ISTEX et s’approprier  les méthodes de constitution et d’exploration de corpus à travers des exemples de corpus réalisés par l’INIST.

- Eléments de repères : contexte, principes, usages dans le paysage académique et professionnel ;
- Typologie et caractéristiques des différents types de médias sociaux : blogs, Twitter, réseaux sociaux (professionnels comme LinkedIn ou académiques comme Academia et ResearchGate) ;
- Intérêts et limites de ces services par rapport à d’autres services en ligne (pages institutionnelles, archives ouvertes) ;
- Présence en ligne du chercheur et des communautés de chercheurs : identité numérique et e-reputation ;

Programme susceptible de connaître quelques ajustements.

Matinée : Introduction générale à la science ouverte

  1. Remise en contexte : comment fait-on de la science aujourd'hui ?
  2. La science ouverte sous toutes ses coutures
  3. Les politiques actuelles en matière de science ouverte et les débats en cours

Après-midi : Science ouverte et pratiques professionnelles en bibliothèques

Pages