Version imprimable

Le CWTS est mondialement connu pour son ingénierie mise au service des processus bibliométriques (Web of Science, Scopus, U-Multirank et bien sûr Leiden Ranking).  Ici, R. Costas quitte délibérément le champ de la bibliométrie classique, dont il est évidemment spécialiste, pour celui de l’alternative Altmetrics qui fait reposer la quantification sur les réseaux sociaux et l’observation des sites et réservoirs de la communication scientifique. Évaluation qualitative et caractérisation s’en trouvent de ce fait considérablement modifiées sur le plan méthodologique.

A l'heure où de plus en plus d'éditeurs et de bailleurs de fonds demandent aux chercheurs leurs identifiants et où des établissements toujours plus nombreux réfléchissent à la mise en place de systèmes d'information recherche, quels sont la place et les potentiels de ces outils pour les différents acteurs académiques ? Sont-ils réductibles à la visibilité et au suivi de la recherche ?

Bibliométrie en Sciences humaines et sociales

La base de données Arts & Humanities Citation Index de ce même éditeur Clarivate, incorporée au Web of Knowledge, n’est pas dotée des modules d’évaluation statistique des publications. Précisément au motif que la méthodologie utilisée dans les deux autres bases du même ensemble (Science Citation Index Expanded et Social Sciences Citation Index) est totalement inadaptée aux Sciences humaines.