Version imprimable
A l'heure où de plus en plus d'éditeurs et de bailleurs de fonds demandent aux chercheurs leurs identifiants et où des établissements toujours plus nombreux réfléchissent à la mise en place de systèmes d'information recherche, quels sont la place et les potentiels de ces outils pour les différents acteurs académiques ? Sont-ils réductibles à la visibilité et au suivi de la recherche ?

Le CWTS est mondialement connu pour son ingénierie mise au service des processus bibliométriques (Web of Science, Scopus, U-Multirank et bien sûr Leiden Ranking).  Ici, R. Costas quitte délibérément le champ de la bibliométrie classique, dont il est évidemment spécialiste, pour celui de l’alternative Altmetrics qui fait reposer la quantification sur les réseaux sociaux et l’observation des sites et réservoirs de la communication scientifique. Évaluation qualitative et caractérisation s’en trouvent de ce fait considérablement modifiées sur le plan méthodologique.

Brevets & Propriété industrielle

Pièce maîtresse de la recherche en laboratoire, il permet de protéger et de valoriser les travaux d’une équipe. Inséré depuis longtemps dans la culture scientifique anglo-saxonne, son usage pénètre depuis quelques années la sphère académique française.
Le document proposé par le lien ci-dessous introduit en premier lieu à la problématique du brevet sous le double aspect de sa définition et de sa mise en œuvre. Qu’est-ce qui est brevetable ? Comment déposer, auprès de quels organismes et à quel coût ?

Il est libre d'accès, d'usage et de diffusion.
Il est destiné aux étudiants avancés des filières scientifiques et techniques mais aussi aux chercheurs impliqués dans l’innovation. Les professionnels de l’information-documentation, en milieu universitaire et dans les écoles d’ingénieurs, sont également concernés pour l’accompagnement des publics visés par ce tutoriel, dans le contexte de formations spécifiques.

Pages